Dear White People (signifiant « chères personnes blanches ») est une série originale Netflix (oui, encore) mêlant drame, comédie et satire. Son nom illustre parfaitement le contenu de la série qui cherche à adresser le racisme, parfois insidieux, que vivent les personnes dont la couleur de peau n’est pas aussi blanche que l’arrière-plan de ce blog. L’audience suit le quotidien d’un groupe de jeunes noir·e·s sur le campus d’une université américaine de l’Ivy League. La série est basée sur un film du même nom, écrit et dirigé par Justin Simien.

Bande annonce en VO

Bande annonce en VF

♠ Pourquoi je regarde Dear White People

Les sujets controversés. Au travers de la satire, la série parvient à aborder plusieurs sujets sensibles. Par exemple, les questions d’identité, d’intersectionnalité et des relations interraciales : le personnage de Samantha (Logan Browning) est métisse, ce qui signifie qu’elle est soit « trop noire » soit « trop blanche » et essuie parfois le rejet de ses camarades. Que faire quand on est rejeté·e des deux côtés ? Lionel (DeRon Horton), quant à lui, est un jeune noir qui finit par accepter son homosexualité. Sam est également victime du jugement de ses pairs puisqu’elle sort en secret avec Gabe, un homme blanc.

Dear White People cherche à attirer l’attention sur l’éternel problème du racisme ordinaire. Rien que le titre est piquant et attise la curiosité. Il fait référence à l’émission de radio animée par Samantha et ayant pour but d’exposer le racisme dont font preuve, consciemment ou non, les étudiant·e·s blanc·he·s envers leurs camarades. Dans le premier épisode, Sam dénonce le fait qu’une soirée « black face » ait été organisée. Les étudiant·e·s blanc·he·s de l’université se sont réuni·e·s pour une soirée dont le thème signifie qu’ils ou elles peuvent se déguiser en célébrités noires et se peindre le visage en noir. Cet évènement constitue le déclenchement de tout ce qui va se passer au cours de la première saison.

La valeur didactique. DWP ne cherche pas à éveiller l’hostilité des blancs mais à leur faire prendre conscience que chaque parole et acte a des conséquences, et que le racisme est bel et bien présent même si moins ostensible qu’avant. Dans un des moments clés de la saison 1, un étudiant noir se retrouve avec une arme braquée sur lui par un policier du campus, rappelant au public les nombreuses affaires de bavures policières aux Etats-Unis. Dans la série, malgré l’indignation de ses camarades et leurs protestations auprès du doyen, le policier en faute ne subit aucune répercussion pour son acte. Dear White People est une série qui se veut éducatrice sans être moralisatrice, et qui demande à son public de se mettre à la place des personnages afin de mieux comprendre leurs combats contre un système intrinsèquement raciste.

 

Le hic : De par sa nature didactique, la série peut parfois être jugée prévisible et manquer de subtilité. Là encore, il est probable que ce soit un choix délibéré de Justin Simien.

L’article pourra être mis à jour si d’autres pensées me viennent.

Dear White People est disponible sur Netflix.

Note de recommendation : 7/10

Publicités