Jane the Virgin (ou JtV) est une série américaine basée sur le concept des telenovelas (les soap-operas latinos). C’est d’ailleurs une adaptation d’une telenovela vénézuélienne.

Comme son titre l’indique, le personnage principal s’appelle Jane (Gina Rodriguez). Jane a 24 ans, vit avec sa mère qui l’a eue très tôt, et sa grand-mère. Détail très important à l’histoire : Jane est vierge. Elle a décidé d’attendre le mariage avant d’avoir sa première relation sexuelle. Sauf que rien ne se passe comme prévu. Lors d’un banal rendez-vous chez la gynécologue, Jane se retrouve accidentellement inséminée artificiellement ce qui l’amène à tomber enceinte d’un certain Rafael Solano (Justin Baldoni), qui se trouve être le fils du patron de l’hotêl dans lequel Jane travaille.

La bande-annonce est sympa pour ceux qui comprennent l’anglais, sinon il existe une petite BA avec sous-titres.

♠ Pourquoi je regarde Jane the Virgin :

Le concept. Je l’admets, je tourne beaucoup autour des séries américaines et vais rarement chercher ailleurs. Alors quand j’ai entendu parler de JtV, une nouvelle série qui semblait faire un carton, je n’ai pas beaucoup hésité avant de me lancer. Et je ne regrette pas ! Une série américaine basée sur une telenovela d’Amérique latine ? C’est différent de ce qu’on a l’habitude de regarder et ça ouvre une porte sur d’autres horizons cinématographiques. Très intéressant.

Le mélange anglais/espagnol. Pour quelqu’un comme moi, qui apprécie les langues, JtV est un petit trésor. Jane Villanueva est la petite fille d’une immigrante et son abuela (grand-mère) privilégie sa langue maternelle, l’espagnol. On ne l’entend que très rarement (peut-être une ou deux fois ?) parler anglais. La série mélange parfaitement les deux et gagne des points question diversité puisque la majorité des personnages sont hispaniques.

L’utilisation d’un narrateur. Une des grandes forces de la série est qu’elle est racontée sous forme d’histoire. Chaque épisode est un nouveau chapitre, ce qui coïncide notamment avec le souhait de Jane de devenir écrivaine. Le narrateur vient renforcer l’aspect comique/dramatique de la série.

Des personnages attachants. Etant donné que la série est basée sur une telenovela et en a donc les principaux attributs, JtV réussit tout de même à présenter des personnages auxquels les téléspectat·eurs·rices peuvent s’identifier. On sympathise avec leurs problèmes autant que l’on rit de leurs gaffes. L’équilibre est parfois dur à trouver dans l’écriture d’un personnage mais JtV s’en sort plutôt bien à ce niveau-là.

 

L’article pourra être mis à jour si d’autres pensées me viennent.

Jane the Virgin est actuellement diffusée sur la CW et la saison 1 est sur Netflix France.

Note de recommendation : 8/10

 

 

Publicités