The Man in the High Castle est une série uchronique originale d’Amazon inspirée du livre du même titre. Elle retrace l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale en y apportant un twist majeur : les Allié·e·s ont perdu la guerre, et les Etats-Unis sont désormais divisés en trois parties : l’Est appartient aux Allemand·e·s, l’Ouest aux Japonais·es et le centre est considéré comme une zone neutre.

banner the man in the high castle 1

Survivant tant bien que mal dans ce monde, Juliana Crain (Alexa Davalos) et son petit ami Frank Frink (Rupert Evans). Leur vie est complètement chamboulée quand, un jour, la soeur de Juliana la retrouve juste le temps de lui confier la bobine d’un film secret avant de se faire descendre par la police japonaise. La jeune femme faisait partie de la résistance. Juliana est plongée malgré elle dans un univers bien plus dangereux qu’elle ne peut imaginer. Le film en sa possession montre un monde dans lequel les Alliés ont gagné la guerre (notre monde, en fait). Les nazis sont prêt·e·s à tout pour récupérer tous les films de la résistance, fabriqués par le « Maître du Château Haut. »

Bande-annonce en VO.

♠ Pourquoi je regarde The Man in the High Castle

L’uchronie. Je trouve ce concept vraiment intéressant. Réécrire l’Histoire, lui donner une autre version et imaginer un monde à la fois similaire au notre et pourtant fondamentalement différent. C’est ce que fait TMITHC, et de façon plutôt brillante.

Les nuances de gris. Dans une série où les nazis et les Japonais se partagent le pouvoir, on peut penser que les personnages vont être représentés comme les « méchants » typiques et démonisés. C’est un peu le cas dans la première saison qui chercher à établir rapidement la résistance comme un mouvement noble se battant pour la liberté du peuple américain. Mais la deuxième saison offre un bien meilleur équilibre, où le côté humain/domestique des nazis et des Japonais est dévoilé petit à petit, tandis que le côté sombre de la résistance surgit. Ce refus de se cantonner à la dichotomie du bien (résistance) et du mal (nazis/Japonais) est un des meilleurs atouts de la série.

L’intrigue. Le plus grand mystère de la série, ce sont les films. Que représentent-ils, comment les interpréter, combien y’en a-t-il, sont-ils tous les mêmes ? Le puzzle se recompose petit à petit au fil des épisodes, mais même à la fin de la deuxième saison, il n’est pas encore complet.

Le hic : Comme on suit plusieurs arcs narratifs en même temps, certains peuvent paraître moins intéressants que d’autres et l’équilibre de la série en souffre un peu.

 

L’article pourra être mis à jour si d’autres pensées me viennent.

The Man in the High Castle est diffusée sur Amazon Prime.

Note de recommendation : 7.5/10

 

Publicités