Brooklyn Nine-Nine, aussi connue sous le nom de Brooklyn 99, est une sitcom américaine actuellement en cours de diffusion. C’est une comédie centrée sur un commissariat de police de New-York, le « Nine-Nine ». On y suit les aventures de Jake Peralta (Andy Samberg, SNL) et ses collègues Charles Boyle (Joe Lo Truglio), Amy Santiago (Melissa Fumero, On ne vit qu’une fois), Gina Linetti (Chelsea Peretti), Rosa Diaz (Stephanie Beatriz), le sergent Terry Jeffords (Terry Crews, Tout le monde déteste Chris) et le capitaine Raymond Holt (Andre Braugher, Dr House).

La série a été créée par les mêmes gars que The Office (US) et Parks and Recreation, pour celles et ceux qui connaissent, ce qui atteste déjà d’une bonne qualité niveau humoristique. Chaque épisode dure environ 20 minutes donc ça se regarde assez facilement et ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer ou de décrocher !

Ne laissez pas la bande-annonce vous tromper car elle n’est pas terrible mais B99 ne fait que s’améliorer au fil des épisodes.

 

♠ Pourquoi je regarde Brooklyn Nine-Nine :

La diversité des personnages. Certes, Jake Peralta (qui est le personnage principal parmi les personnages principaux/principales) est un homme blanc, d’une trentaine d’années environ. Mais Rosa et Amy sont d’origine hispanique, Terry et Holt sont noirs et, de plus, Holt est gay. Son mari, Kevin, est un homme blanc, ce qui nous donne donc un couple interracial homosexuel (plutôt rare à la télé). Tout cela offre une assez bonne représentation et évite de se retrouver avec des personnages aux personnalités trop similaires et venant de mêmes milieux avec les mêmes expériences.

L’excentricité des personnages. B99 est une comédie et forcément on retrouve cela principalement dans les personnages. Rosa Diaz, par exemple, reste très souvent stoïque, est cynique, sarcastique et aime la violence. Mais elle cache aussi un côté plus doux et sentimental qui est révélé aux téléspectateurs petit à petit. Amy, quant à elle, est ce qu’on appelle une « nerd ». Elle est méthodique et a besoin de tout organiser, tout régenter. Elle est aussi très compétitrice et cherche constamment à obtenir l’approbation de ses supérieurs.

Tous les personnages ont chacun des traits de personnalité différents, ce qui contribue à créer des situations cocasses et souvent hilarantes.

Le type d’humour. Parfois complètement déjantée, la série trouve tout de même un bon équilibre entre humour et réalisme (les détectives résolvent quand même des enquêtes !).

Dans B99, les pitreries de Jake pourraient vite devenir lourdes mais ce n’est pas le cas. Jake, irresponsable et gamin, reste tout de même un excellent détective et se révèle être en réalité un homme bon et un ami fidèle, qui essaie de surmonter sa crainte de l’abandon.

Entre les troubles obsessionnels compulsifs d’Amy, la maladresse de Boyle, le stoïcisme de Rosa et Holt, la série peut puiser un nombre incalculable de blagues dans ses personnages principaux/principales.

Les expressions faciales des act·eurs·rices jouent aussi un très grand rôle dans l’aspect humoristique de B99.

A l’inverse de certaines sitcoms dont les blagues sont parfois douteuses ou offensantes à l’égard d’une ou plusieurs communautés, B99 fait l’effort de ne pas tomber dans les clichés et stéréotypes. Les sujets de société, bien que traités de façon humoristique, n’en sont pas pour autant banalisés ou ridiculisés.

 

L’article pourra être mis à jour si d’autres pensées me viennent.

Brooklyn Nine-Nine est diffusée sur la FOX et vous pouvez trouver les trois premières saisons de la série sur Netflix France.

Note de recommendation : 10/10

 

 

Publicités